La Butte Montmartre suspendue jusqu’à nouvel ordre.

Les décisions gouvernementales prises pour freiner la diffusion du virus COVID-19 conduisent à fermer restaurants, bistrots, cabarets et autres “lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays“.

Cette situation est particulièrement sensible à Montmartre où -à part le bas de la rue Lepic, la rue des Abbesses et quelques points de vente isolés- les commerces non touchés par l’interdiction sont finalement de plus en plus rares. Cela va d’ailleurs à l’encontre de la tradition montmartroise, depuis des temps immémoriaux.

Que serait Montmartre sans ses bistros ? Un désert culturel et commercial ! Voilà une bonne occasion de voir l’effet désastreux de la spéculation immobilière et de la gentrification du site. Que seraient Jules Depaquit, Roland Dorgelès ou Bernard Dimey sans leurs bistrots ? Chez Ma Cousine (notre Mairie), La Mascotte, Le Lux Bar, Le Progrès, Chez Ginette et même Le Bon Bock ont tiré leur rideau. Et tous les autres. Salaud de virus !

Les citoyennes et citoyens ne sont pas plus téméraires et pas moins fragiles que les autres. Mais reconnaissons que ça tombe mal. En cette année 2020, où nous avions prévu de de fêter notre centenaire. Bon gré, mal gré, nous nous inclinons devant l’épidémie et nous reporterons à de meilleurs jours les évènements festifs que nous avions programmés.

Première victime du virus (et ce n’est pas la myxomatose), c’est Le Lapin Agile où nous avions prévu de nous retrouver pour une soirée spéciale centenaire le mardi 17 mars. Nous y retournerons, c’est certain, mais plus tard.

Prenez connaissance ici de l’arrêté municipal du 23 ventôse 228

Les prochaines dates concernent :

  • le samedi 11 avril : les élections municipales montmartroises. En quelque sorte le 3ème tour. Fort heureusement, l’arrêté municipal convoquant les électeurs et les électrices n’a pas encore été publié. La campagne électorale n’a pas été lancée et les affiches des candidats ne sont pas encore imprimées, pas plus que les bulletins de vote. En attendant, not’bon Maire Marielle-Frédérique Turpaud, qui vient d’entamer son quatrième septennat est candidate à la prorogation de son mandat et entend bien être réélue. Elle fera tout pour éliminer, subrepticement ou non, tout candidat ou candidate qui oserait se présenter sans son autorisation.

Les autorisations officielles d’occupation du domaine public ont été adressées à la Préfecture de Police et à la Ville de Paris. Mais il n’est pas exclu que ce type de manifestation “hors les murs” se retrouve dans le champ des interdictions, en raison du nombre de personnes pouvant y participer. Auquel cas, nous reporterons le 11 avril à une autre date.

  • le mardi 21 avril : Récital d’Isabelle SOJFER “d’Yvette Guilbert à Fréhel” (chansons de 1900 à 1930) avec un diner-spectacle. Nous tenons bon, mais un report n’est pas exclu, en particulier si le restaurant La Crémaillère 1900 est toujours contraint à la fermeture.

Au-delà, nous restons optimistes, mais vigilants. S’il faut reporter, nous reporterons. Pour l’instant, nous préparons l’évènement :

  • dimanche 17 mai : Le premier Vide-greniers de la Commune Libre
  • samedi 13 juin : Grande Journée des Communes Libres à Montmartre. Déjà, une douzaine de Communes et Républiques Libres de France, de Belgique et de Suisse ont confirmé leur présence. Une balade apéritive conduira les participants à travers les lieux mythiques de la Commune Libre. Un déjeuner doit réunir visiteurs et citoyens de Montmartre au Restaurant La Crémaillère 1900 avec un spectacle spécialement concocté pour la circonstance par nos spécialistes maison. Nos amis de la fanfarmonie paloise “Ça dépend des jours” soutenus par la fanfare francilienne “À boire ou on tue le chien” nous accompagneront tout au long de cette journée.