JORDAAN (AMSTERDAM) – MONTMARTRE : 65 ANS D’AMITIÉ

 
Évidemment, notre Livre ne pouvait passer sous silence cet évènement à portée mondiale, le jumelage de la Commune Libre du Vieux Montmartre avec le Jordaan Museum d’Amsterdam.
Citons en un extrait :
Labric se rend aux Pays-Bas à l’invitation du bourgmestre et de la municipalité d’Amsterdam. Accompagné de son adjoint Gérard Garber (P’tit Pot’ le capitaine des pompiers) et d’Anatole le garde-champêtre, Labric inaugure le 8 septembre 1956, une ambassade au Jordaan Museum et dévoile une plaque signalétique. Une note en bas de page précise que soixante ans après, les couleurs étant passablement délavées, une nouvelle plaque aux couleurs officielles rouge et vert est posée, là aussi avec tout le faste qui s’impose.
Saluons nos amis du Jordaan Museum d’Amsterdam et en particulier son infatigable animatrice Mieke Krijger qui viennent de publier sur leur page Facebook un rappel de ce mémorable évènement que fut le jumelage avec notre Commune Libre du Vieux Montmartre en septembre 1956 et un coup de pouce à notre LIVRE DU SIÈCLE !
 
Laissons la parole à notre chère Marion Brémaud qui a bien voulu nous communiquer son texte en français
 
Sous la plume alerte de Jean-Loup Bouvier, “La fantastique histoire des Communes Libres de Montmartre” nous fait revivre l’épopée joyeuse et loufoque de la Butte depuis 1920.
Ses maires, et en particulier Pierre Labric (qui occupa cette position de 1929 à 1972), furent plus que de joviaux organisateurs de “Courses au Ralenti” et de “Foires aux Croûtes”. Ils lancèrent des initiatives solidaires —soupe populaire, distribution de jouets aux enfants pauvres, colonies de vacances— et avec leurs camarades de la “République de Montmartre”, ils œuvrèrent pour la conservation le du patrimoine culturel de Montmartre, par exemple en sauvant le célèbre vignoble local ou en mettant des bâtons dans les roues des promoteurs sans scrupules.
J’ai été personnellement très sensible à l’activité diplomatique de Pierre Labric et en particulier à son idée de jumelage avec le quartier populaire du Jordaan où j’ai passé ma jeunesse au 145 Westerstraat, bercée par les chants et les airs d’accordéon du Café Nol depuis la fenêtre de la minuscule chambre que ma sœur et moi partagions.
Mon père Ben Boumans, un modeste fonctionnaire des postes, s’était engagé dans les œuvres charitables. Il joua un rôle important dans le comité du Jordaan Festival en 1956 et dans l’organisation des cérémonies qui eurent lieu à cette occasion où Pierre Labric fut invité en grande pompe avec le garde-champêtre Anatole et le capitaine des pompiers P’tit Pot’ pour l’inauguration du festival et pour sceller le jumelage entre Montmartre et le Jordaan.
Un grand merci à Jean-Loup Bouvier pour ce livre qui fera perpétuer la mémoire et l’histoire des femmes, hommes et enfants des quartiers populaires où l’entraide, la solidarité et la bonne humeur étaient les clés de réussite de la vie commune.
Marion Bremaud- Boumans
 

Nous reproduisons volontiers le texte en néerlandais ainsi que quelques illustrations complémentaires

JUMELAGE tussen JORDAAN en MONTMARTRE
Tekst Marion Bremaud-Boumans
Vertaling & Illustraties Mieke Krijger
 
In zijn boek “De fantastische geschiedenis van Les Communes Libres de Montmartre” laat Jean-Loup Bouvier de vrolijke en wonderlijke geschiedenis van ‘La Butte’ vanaf 1920 herleven.
Geïnteresseerd was ik vooral in de verhalen over de diplomatieke activiteiten van Pierre Labric en de jumelage van Montmartre met de Jordaan. Nu woon ik in Parijs, maar mijn jeugd speelde zich af op de Westerstraat. Mijn zus en ik hoorden op ons kamertje op nummer 145, 1 hoog tot laat op de avond de liederen en accordeonmuziek vanuit het Café Nol. Meestal was het vrolijk en feestelijk maar vaak ook heel weemoedig.
Ben Boumans was mijn vader. Hij werkte bij de PTT en was betrokken bij liefdadigheidswerk in de buurt. Ook maakte hij deel uit van het comité dat het Jordaan Festival organiseerde.
In 1956 was hij medeverantwoordelijk voor de feestelijke opening van het festival door Pierre Labric, de burgemeester van «La Commune Libre du Vieux Montmartre». De bezegeling van de jumelage tussen Montmartre en de Jordaan had hij voorbereid en die kwam tot stand dankzij zijn contacten.
De burgemeesters van Montmartre, en in het bijzonder Pierre Labric (die deze functie van 1924 tot 1972 bekleedde), waren meer dan joviale organisatoren van ludieke evenementen zoals «Langzame Sprint Wedstrijd» en de «Beurs van Deplorabele Schilderstukken»’. Zij organiseerden ook activiteiten ten bate van minder bedeelden: gaarkeukens, verdeling van speelgoed onder arme kinderen en vakantiekampen.
Met hun kameraden van de “Republiek van Montmartre” zetten zij zich in voor het behoud van het culturele erfgoed van Montmartre. Zij verijdelden bouwplannen van projectontwikkelaars die enkel uit waren op winst. Zo slaagden zij erin een beroemde historische wijngaard te redden. Daar vieren de Montmartroises tot de dag van vandaag jaarlijks hun oogstfeest.
Veel dank aan Jean-Loup Bouvier voor dit boek dat de herinnering laat voortleven aan de vrouwen, mannen en kinderen uit volksbuurten waar wederzijdse hulp, solidariteit en een goed humeur de sleutels vormden voor het welslagen van een gemeenschapszin.