Siné est mort jeudi matin 5 mai 2016

Pas toujours d’accord avec lui, oui, mais tristesse tout de même. (Marielle Frédérique TURPAUD, cinquième maire)

PARTAGEZ CET ARTICLE

Ça m’énerve grave

Par Siné, le 4 mai 2016

Depuis quelque temps, vous avez dû remarquer que je ne nageais pas dans une joie de vivre dionysiaque ni dans un optimisme à tous crins, ce qui est pourtant mon penchant habituel. Je ne pense, depuis quelque temps, qu’à 8ma disparition prochaine, sinon imminente, et sens la mort qui rôde et fouine sans arrêt autour de moi comme un cochon truffier. Mon moral, d’habitude d’acier, ressemble le plus souvent maintenant à du mou de veau ! C’est horriblement chiant de ne penser obsessionnellement qu’à sa mort qui approche, à ses futures obsèques et au chagrin de ses proches ! Je pense aussi à tous les enculés qui vont se frotter les mains et ça m’énerve grave de crever avant eux ! Heureusement que vous êtes là, admirateurs inconditionnels, adulateurs forcenés… vous ne pouvez pas savoir comme vos messages me font du bien, un vrai baume miraculeux ! Quand je lis vos mots d’encouragement, c’est comme si j’éclusais un délicieux verre de vin nature, à la température idéale, dans un hamac, au soleil, avec un chat sur les genoux : le bonheur parfait ! Je sais que vous n’êtes pas des lèche-culs, vos compliments tombent pile-poil là où ça fait du bien et où j’en ai besoin ! Merci, merci… c’est bon de se sentir aimé surtout dans ces moments merdiques et désespérants, difficiles à supporter. Voilà, je n’ai rien d’autre à vous dire cette semaine, mais je suis bien content de vous l’avoir dit ! Et banzaï malgré tout !

IMGsinee5435-picsay

PS : Puisqu’une fois évacuée, la flotte continue d’envahir mon poumon, après maints revirements et changements de cap, l’opération est finalement programmée pour aujourd’hui, mercredi.

 Alea jacta est,

comme dirait ce connard de César !Je n’en mène pas trop large, je vous l’avoue et je serre les fesses comme un pressoir à olives pour évacuer le stress !”

LA FUTURE TOMBE DE SINÉ EST AU CIMETIÈRE MONTMARTRE

« Au détour des chemins pavés et graniteux du cimetière de Montmartre, entre les chapelles bourgeoises et les modestes dalles moussues et oubliées, il est des découvertes surprenantes qui nous feraient presque oublier qu’on est avant tout dans un lieu de recueillement.

Des découvertes qui invitent à la rigolade, au second, sinon dix millième degré, à l’absurde, au génie, à la vie encore et toujours, et surtout après la mort.

Quel n’est pas le bonheur de la taphophile en herbe que je suis, lorsque, déambulant le nez au milieu de mes amis silencieux, je me  retrouve nez à nez avec un bronze pour le moins surprenant :

Avenue de la Croix, se trouve un peu en retrait, un cactus de bronze de plus d’un mètre de hauteur dont quatre branches  sont recroquevillées, laissant celle du milieu bien tendue, tel un doigt d’honneur en signe distinctif de ralliement post-mortem.

Au pied de ce cactus expressif mais non moins éternel se trouve une épitaphe dorée en relief :

“Mourir ? Plutôt crever !”

La dalle de base de ce bronze étant commune à la sépulture de Patrick Cauvin, (célèbre écrivain décédé en 2010) j’imagine tout naturellement dans un premier temps qu’il s’agit du prolongement de sa sépulture. Renseignements pris un peu plus tard auprès de la Brigade Internationale de la Mort (& Associés !) quel est alors mon étonnement lorsque je finis par découvrir  que le cactus en question est en fait une sépulture … vide.

Aussi vide que peut l’être la plage du Touquet au mois de février !

Une sépulture vide et en attente de son principal locataire, mais aussi de la soixantaine d’occupants qui lui est destinée.

A lire aussi

Visite du cimetière de Montmartre, à…

Une épitaphe pour le souvenir

Une dernière volonté pour la route

Le monument funéraire

Denis dort au cimetière

Cette tombe est la volonté et l’acquisition du célèbre caricaturiste Siné.

Celui ci a non seulement acheté l’emplacement de son repos éternel, (il souhaite être incinéré)  mais a pensé à tous ses amis en prévoyant assez de place pour une soixantaine d’urnes funéraires, la concession étant à perpétuité, et (comme il le précise avec une pointe d’ironie) incompressible !

Né à Paris en 1928 et toujours bien vivant, Siné ( Maurice Sinet de son vrai nom ) est un dessinateur et caricaturiste politique qui a su se faire un nom au sein de publications telles que France Dimanche, l’Express, ou encore le très engagé Charlie Hebdo. Un petit aperçu de son humour et de ses réalisations ici.

Une telle mise en scène ne peut être qu’à la hauteur du message qu’il souhaite continuer à transmettre après sa disparition. Gageons que le repos espéré dans l’au-delà sera certainement ponctué de grands éclats de rires par les considérations de cet agitateur devant l’éternel.

Au milieu des Chapelles gothiques, des bustes patinés, et des granits conventionnels, cette sépulture étonne, fascine, intrigue, dérange, amuse, passionne, questionne,  mais en tout état de cause, ne laisse jamais indifférent.»

Marielle Frédérique TURPAUD, cinquième maire.

850-PhotoMontager_160505141803?

Jeudi 4 mars. A gauche, c’est Patrick Chappet. A droite, c’est Siné. Ils sont au cimetière de Montmartre. Avec Dalida et Berlioz. Je vous raconte vite fait l’histoire (qui mérite un article plus détaillé).

Patrick Chappet, vous le connaissez : il est de Rouffiac et il est fondeur. Vous l’avez vu procéder à la fusion du bronze, au centre de culture européenne, en 2009. Siné, vous le connaissez au travers de ses dessins humoristiques dans la presse. Comme il voulait un projet autour de sa mort, du type irrévérencieux genre « je veux bien crever mais pas être enterré avec des c… », il s’est adressé, grâce à son ami Benoît Delepine à Patrick Chappet pour qu’il lui conçoive un « cactus erectus ». Entendez par là un doigt d’honneur à la mort. Patrick s’y colle : dessin, ébauche, maquette en plâtre coupée en sept parties, sept moules en cire perdue, fusion du bronze, ciselage, polissage, patine… Trois à quatre mois de travail après et 100 kilos de bronze plus loin, la bête, ou plutôt le cactus, est terminé. Il mesure 1,70 m de haut. On ne parle pas ici de prix car si le cactus reste cher à Dutronc, il l’est aussi auô cœur de Siné. On est alors en avril 2009. Reste à obtenir l’autorisation du conservateur du cimetière (ça me rappelle la charrue avant les boeufs). Finalement, le cactus erectus est mis en place en place en janvier 2010 et la fille de Siné fait un film. Elle a fait aussi cette photo. Ah j’oubliais ! L’inscription en bas que vous avez du mal à lire (allez je vous aide !) c’est : « Mourir ? Plutôt crever ! ». C’est de circonstance, bien que je n’aie jamais vu de roi avec un prénom féminin. Cherchez un peu, ayez de la constance messire.

Les photos “montage-hommage” sont offertes par Marielle Frédérique Turpaud