Banquet des Voyageurs – Mardi 18 juin à la Crémaillère 1900 – Ils étaient venus !

Pour l’album photo : Merci à Mireille, Rosario et Chantal. POUR VOIR LA VIDEO : Cliquez ici, c’est bien simple. Merci à nos Paparazzi de Roture. On attend la suite ! APPEL AUX PHOTOGRAPHES ET VIDEASTES.

POUR VOIR LA VIDÉO : cliquez ici c’est bien simple

Comme chaque année en juin, la Commune Libre organisait le Banquet des Voyageurs pour y accueillir celles et ceux qui reviennent d’un long voyage ou simplement qui reviennent de chez eux. Nous avons eu le plaisir de recevoir nos amis de la Commune Libre de Roture (Liège, en Outremeuse) et quelques autres visiteurs d’un soir. Le tout dans une ambiance montmartroise et déjantée (oui, mais pas trop, quand même … il y a du monde !). Et ça penche !

La visite amicale de notre ancien trésorier Roger DANGUEUGER, jeune marié.

Ne perdant pas ses bonnes habitudes, not’bon Maire a profité de cette qoirée quasi estivale, mais encore printanière du 30 prairial an 227 pour honorer plusieurs citoyens méritants.J

Ingrid et Michel LEGRAIVE

Qui sont-ils ? Ce sont ceux qui couvrent nos fêtes avec leur caméra à la main et réalisent les petits reportages. Dont le film qu’ils ont réalisé en 2018 sur Montmartre, Paris, le chapitre et le banquet de la Marine chez Mario… Grâce à eux, vous avez chaque année des vidéos de grande qualité où vous voyez le travail de représentation liégeoise de Madame le Maire… et bien entendu tout au long de l’année les activités de la Commune Libre de Roture en images… Ingrid et Michel sont à la fois journalistes, cinéastes et un peu « paparazzis ». Michel, avec sa boîte à image à la main, cette boîte dont on attend de voir sortir le petit oiseau, Michel me fait songer à l’oiseleur de La Flûte Enchantée. Papageno qui se déplace avec sa cage à oiseaux et évidemment sa flûte. Papageno n’est rien sans sa Papagena, deux personnages secondaires, mais sympathiques et naturels, et qui recueillent la faveur des spectateurs. Nous prenons goût à leur présence, je dirai même, avantage et plaisir, et parce que nous souhaitons les accueillir encore dans le futur à Montmartre, et bien qu’ils se déplacent toujours par paire, not’bon Maire a décidé d’attribuer un titre officiel à chacun d’entre eux. Evidemment not’bon Maire aurait pu les nommer paparazzis agréés de la Commune Libre de Montmartre. Mais, car il y a un mais, même en juin. Comme confetti est le pluriel de confetto, Paparazzi est bel et bien le pluriel de Paparazzo. Paparazzo en effet c’est le nom du jeune photographe qui accompagne Marcello Mastroianni dans le film de Federico Fellini La Dolce Vita. Ainsi comme Papageno avait sa Papagena, notre Paparazzo aura sa Paparazza.

PROCLAMATION DU MAIRE : En conséquence et en vertu des pouvoirs que je me suis conférés, Vous, Citoyenne Ingrid et vous, citoyen Michel, je vous nomme officiellement “Paparazza et Paparazzo de 1ère classe de la Commune Libre de Montmartre”. Avant de vous remettre ce magnifique diplôme (PLOM), je tiens à vous rappeler que vous devrez  nous renseigner sur les éventuelles “casseroles” que l’on peut faire avec le peket à la violette ! POUR VOIR LA VIDEO : CLIQUEZ ICI

Jean STASSE

Jean STASSE est un fidèle de vos équipées sauvages à Montmartre. Jean a eu une carrière exceptionnelle dans le monde musical et plus particulièrement celui de l’opérette et de la chanson populaire. Il reste volontiers discret sur ce sujet. Et pourtant son travail a permis à des milliers de spectateurs de voir et d’écouter des productions de grande qualité.

Ah la musique ! La Commune Libre a été bercée par la musique. Son premier maire, Jules Depaquit était un grand ami du compositeur Erik Satie, voisin de chambre dans le même hôtel meublé. Dès 1920, la Commune Libre eut sa fanfare, tradition qui subsistera jusque dans les années 70. Puis le garde-champêtre Anatole se retrouvera seul avec son tambour. Aujourd’hui le garde-champêtre Bernard Beaufrère que nous excusons ce soir, n’a plus de tambour, il a un orgue de barbarie. La Commune Libre ce fut aussi un monde de chansonniers, de compositeurs et de paroliers. Avec le journal « La Vache Enragée » et le cabaret qui porta aussi ce nom, la Commune Libre fut un ardent défenseur de la chanson française. La musique adoucit les mœurs. L’harmonie, c’est aussi bien un ensemble de sons agréables à l’oreille, que les bonnes relations entre les personnes, ce que nous recherchons à la Commune Libre, ici dans la bonne humeur et sans se prendre au sérieux. Enfin l’Harmonie, avec un grand « H », c’est la fanfare quand elle est municipale. Et dans l’attente du retour prochain d’une fanfare municipale à la Commune Libre de Montmartre, que nous espérons dès les prochaines vendanges, il faut saluer ceux qui entretiennent la mémoire et œuvrent pour la sauvegarde de la chanson et de l’opérette francophones.

PROCLAMATION DU MAIRE : En conséquence et en vertu des pouvoirs que je me suis conférés, Vous, citoyen Jean STASSE, je vous nomme officiellement : “Conservateur Honoraire de l’Harmonie Municipale”.

Mireille GITTON

Il est toujours de bon ton de rappeler que l’argent c’est le nerf de la guerre. Mais à Montmartre, les cotisations sont la garantie de notre indépendance et de notre liberté d’esprit et d’expression. Lors de la dernière assemblée générale, notre trésorier historique Roger DANGUEUGER, élu en 1990,  n’a pas souhaité se représenter. Premier adjoint de Jehan MOUSNIER, il était volontiers affublé du titre de « Féroce gardien des Phynances ». Évidemment, notre nouvelle trésorière Mireille GITTON, même si parfois elle griffe, ne peut être qualifiée de féroce. Elle sera toujours la gardienne des « phynances », qui je le rappelle, s’écrivent « phy » en hommage à notre Père Ubu, sa chandelle verte et sa gidouille. Gardienne, Mireille, l’est indubitablement. Mais est-elle une gardienne sévère, rigide, inaltérable, inflexible –comme le chêne, ce qui n’est pas le cas du roseau dont on fait les flûtes- implacable, inexorable, intraitable –comme le traiteur, inébranlable ? Non, chères citoyennes et chers citoyens, notre trésorière sera une Gardienne des Phynances dont la fermeté n’aura d’égale que l’intransigeance, réclamant d’une main les cotisations en retard et retenant de l’autre les chèques, virements et espèces durement obtenus, mais avec le sourire.

PROCLAMATION DU MAIRE : En conséquence et en vertu des pouvoirs que je me suis conférés, Vous, citoyenne trésorière, Mireille GITTON, je vous nomme officiellement : “Gardienne impitoyable des Phynances”.

Les Voyages ce ne sont pas seulement les kilomètres, les paysages et les mets locaux, mais également la Musique et la Poésie. Autour de not’bon Maire Marielle, poète et parolier, d’autres amis du Monde de la Poésie et de la Chanson nous ont fait le plaisir de nous rejoindre, citons notamment : Arnaud ROZENBLAT, Isabelle SOJFER, Guy LÉGER, Roselyne CHEVALIER et COCO “le Rigolo”.

Et, pour agrémenter notre soirée un superbe poème de circonstances de notre Maire

PEUT-ON CHANGER DE CAP ?

(également changement climatique etc)

Morne monotonie des automnes moroses…

Après la vie, la mort et les anniversaires,

Le cercueil coutumier, usu-el, ordinaire,

Moment sans précédent que l’on couvre de roses.

Et pourtant ! Si un jour changeait des autres jours ?

Pourtant si on changeait vers un autre chemin ?

Quel chemin ? N’importe où, vers ailleurs, vers demain,

Et vers n’importe quoi au prochain carrefour !

Loin du tombeau gardé, loin des lieux centenaires,

Appareil photo neuf sans les photos d’hi-er,

Carte aux noms inconnus, bol au riz étranger…

Le bateau régulier aux fleuves impassibles

Devient drapeau pirate à l’improbable bible…

Dans la cale un gra-al secret dans son coffret…

Le futur inquiétant des banques qui augmentent,

Vendant et achetant sans penser aux humains,

Ce futur se rapproche – évitant l’examen,

Le diagnostic réel et l’exacte épouvante.

Il y a un récif, un cap à espérer,

Doucement, violemment, autrement, comme on peut,

Pour l’abeille et l’oiseau, et pour l’ourson heureux :

Oui, peut-être un travail énergique à oser ?

Peut-être conversion vers une autre Polaire ?

Peut-être évolution vers un vocabulaire

Qui écrit pour demain un monde rénové ?

(c) Marielle Frédérique Turpaud, juin 2019

A signaler, la présence de notre Amiral de Montmartre, Georges VAL, excusé pour raisons de santé à nos trois précédentes soirées. Pour saluer ce retour aux affaires d’un montmartrois toujours au courant, parfaitement câblé et plein d’énergie, la citoyenne Annie (dit Robert) a offert à notre amiral une “multiprises”.

Pour l’album photo : Merci à Mireille, Rosario et Chantal. POUR VOIR LA VIDEO : Cliquez ici, c’est bien simple. Merci à nos Paparazzi de Roture. On attend la suite ! APPEL AUX PHOTOGRAPHES ET VIDEASTES.