L’Histoire de la Commune Libre de Montmartre


Jamais deux sans trois, ce siècle avait 20 ans que la commune naissait un an de grâce que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Pourtant c’est bien à ces moins de 20 ans que la commune s’adresse car elle se dresse et s’érige vigoureusement, franchement et goulument antigrattecieliste.

Mais commençons par le début, c’est à dire par le comment.


 

La Commune Libre de Montmartre est un contre-pouvoir à la fois loufoque et culturel.

par Marielle-Frédérique TURPAUD, 5ème Maire

 

Loufoque car elle est de tous les canulars montmartrois (du tableau peint par Boronali… la queue de l’âne du père Frédé patron du Lapin Agile, jusqu’à l’achat du moulin de la Galette par Hollywood ou l’inauguration en fanfare du DAB de la rue Poulbot…).

Culturel car elle préserve l’esprit de la Butte par ses visites du village et la continuité de ses traditions (le repas du Bon Bock créé par un modèle de Manet, le Réveillon républicain du 21 septembre au soir, les discours en vers lors des Vendanges…).

 

En voici succinctement l’histoire :
  • 1920 11 avril fondation de la COMMUNE LIBRE DE MONTMARTRE par Jules Depaquit, chansonnier et dessinateur anarchiste (association 1901). Son premier adjoint est Pierre Labric, reporter au Petit Parisien, et Fasquel est son premier garde-champêtre. Il choisit les couleurs rouge et vert, puisque notre signe de ralliement est « le verre de rouge ».
  • 1921 Le 7 Mai est fondée officiellement la REPUBLIQUE DE MONTMARTRE (RDM) avec pour devise : « Faire le bien dans la joie ». Les quatre fondateurs sont les dessinateurs Adolphe Willette (président jusqu’en 1923, pilier du Chat Noir, 1857-1926), Francisque Poulbot, Forain et Maurice Neumont, chapeau noir et écharpe rouge « à la Bruant ». Le siège est installé place du Calvaire, dans la demeure Art Nouveau de Neumont. La première Course de côte au ralenti : les voitures Renault remontent la rue Lepic
  • 1923 Lucien Boyer, chansonnier, compose l’hymne de la République sur une musique de Borel-Clerc : « Mont’là-d’ssus, mont’là-d’ssus ! et tu verras Montmartre… »
  • 1924 Mort de Depaquit. Roger Toziny, patron du cabaret de La Vache Enragée (25 rue Lepic puis 6 place C.Pecqueur, et enfin en 1930 rue Custine), devient le 2ème Maire. Léo Malet y débutera le 25 décembre 1925. Pierre Dac y débuta en octobre 1922. C’est alors que le père Lemoine (le Père la Bille) patron de La Mère Catherine fonde la COMMUNE LIBRE DU VIEUX MONTMARTRE dont il est le 1er Maire avec Pierre Labric comme adjoint.
  • 1925 Mort d’Aristide Bruant.
  • 1927 mort de Fasquel. 1927 A Liège (royaume de Belgique) la CLM aide des habitants du quartier d’Outremeuse à fonder la République Libre d’Outremeuse.
  • 1929 CLVM Mort de Lemoine. Pierre Labric devient le 2ème Maire. Fêtes et jumelages. Les jardins entre le Sacré-Cœur et la rue Tardieu sont baptisés square Willette (jusqu’au 28 février 2004). Baranger, 2ème garde-champêtre.
  • 1934 La Commune Libre et la République fêtent les premières Vendanges de la vigne de Montmartre, rue des Saules : parrain Fernandel, marraine Mistinguett, en présence du (vrai) président de la République Albert Lebrun.
  • 1939 Mort de Toziny.
  • 1941 Mort de Baranger.
  • 1950 Jacques Delarue, dit Anatole, est le 3ème garde-champêtre.
  • ? Jacques Cathy, chansonnier du Caveau de la République et autres lieux, devient le 3ème Maire de la CLM..
  • 1972 Mort de Pierre Labric.
  • 1973 24 mars Maurice His devient le 7ème président de la RDM.
  • 1974 Plisson devient le 3ème maire de la CLVM.
  • 1976 Mort de Plisson. Bernard Salmon devient le 4ème Maire de la CLVM avec Jehan Mousnier comme premier adjoint.
  • 1979 Mort de Salmon. Jehan Mousnier devient le 5ème Maire de la CLVM.

Il marie Coluche et Thierry le Luron. Il transforme un terrain vague envahi de friche, à côté des vignes, en laboratoire de flore urbaine : ce sera le Jardin Sauvage, suivi par le CNRS. En 1989 il inaugure la statue de Marcel Aymé en Passe-muraille, un bronze de Jean Marais, rue Norvins.

  • 1987 Jacques-André Yatt est désigné 6ème Maire de la CLVM.
  • 1990 Jehan Mousnier réveille la CLM dont il reçoit les documents des mains de Jacques Cathy, il devient le 4ème Maire. Il interprète ainsi nos couleurs : « le rouge de la Commune de 1871 et le vert de l’espérance ».
  • 1994 8 mars Suzon Denglos-Fau devient la 8ème présidente de la RDM.
  • 1998 7 janvier : mort d’Anatole. Mick la cantinière, sa compagne, sculpte le buste qui est sur sa tombe au cimetière Montmartre (entrée avenue Rachel). 7 août : mort de Jehan Mousnier. 1er décembre : Marielle-Frédérique Turpaud devient le 5ème Maire de la Commune Libre de Montmartre par élection à bulletins secrets.
  • 1999 18 mai : 538ème repas du Bon Bock. 21 septembre : réveillon de l’an 208. Je deviens Chevalier de la Canette (confrérie vineuse du Nord Deux-Sèvres, première d’une longue série…) et je reprends les visites du Vieux-Montmartre. Le 1er adjoint Roger Dangueuger devient Grand-Maître de la Commanderie de Paris du Baillot Bordelais. Le Grand Amiral de la Flotte, Georges Val, membre de la Commission Centrale de la Société de Géographie, participe à la rétrocession du canal de Panama à l’Etat de Panama en décembre et réveille la marine de Montmartre fondée par le capitaine Jehan Mousnier, l’Union Maritime.
  • 2000 Organisation et inauguration le 8 avril de l’exposition Utrillo à Payerne (Suisse). 18 avril : 539ème repas du Bon Bock, consacré aux moulins. 31 avril : validation de la découverte du Centre de l’Univers à Bandol avec la Commune Libre des Amis de la gare de Bandol. 14 juillet : Participation à l’Incroyable Pique-Nique rue des Abbesses. (…)
  • 2015 Le mardi 16 juin le citoyen Jean-Loup Bouvier est élu Président de la Commune Libre de Montmartre, la citoyenne Marielle-Frédérique étant maintenue maire.

De jour en jour dans la Butte depuis 1920, les fêtes et événements n’ont pas cessé, en harmonie avec les associations montmartroises et les Communes Libres de France, de Navarre et de Belgique !

© MFT-La Commune Libre de Montmartre

Laisser un commentaire